soir

quels sont ces visages
qui tentent et s’effacent
passants pressés
partis déjà

sur le fil du silence
d’un pas trébuchant
on avance un peu

chacun reste longtemps
contempler les rochers les oiseaux du couchant
la mer indifférente

à la pluie on demande l’oubli
la solitude aux rues vides
et à la nuit profonde
son repli

pointe des Poulains à Belle-île "La pointe des poulains, mer déchaînée" par Guillaume Rozier,, licence CC BY-NC-SA 2.0